jeudi 18 décembre 2008

Fragments d'un Lexique de Non-Economie

à partir de :
La voie pauvre de la rébellion. Préambule de la science des pauvres, de Jacques Fradin (Paris, L'Harmattan, coll. « Nous, les sans-philosophie », 2006) - Citations.



AUTORITE

Rébellion. - VPR - 10 - Il est juste, il est toujours juste de se rebeller, de se révolter & d'inciter à la subversion (révolutionnaire) : l'état d'exception dans lequel nous vivons ne peut porter que le nom de dictature (écoNomique) & n'accepte l'alternance qu'enforcée. Il est juste de se révolter ; parce qu'ainsi, parce que seulement ainsi, sera respecté l'Homme (ni sujet, ni agent), ni oeconomicus).



CAPITALISME

Crime. - VPR - 167 - L'holocauste est la Vérité du capitalisme. Dont l'essence est le crime contre l'homme : la société du crime. - Le fascisme est le régime politique le mieux accordé au capitalisme.

Economie. - VPR - 130 - Il n'y a pas d'éco-nomie non capitaliste ; le non-capitalisme est la non-économie ; au-delà de l'ordre stable et du systématique. Le capitalisme est l'essai d'instaurer une domination éco-nomique ; c'est-à-dire de contrôler l'historial et de le réduire à l'Histoire. Faire Histoire. Contrôle du temps et contrôle du temps de travail ; l'invention du travail. La marchandisation illimitée. Globalisation de l'éco-nomique et domination universelle du métaphysique. Identité de l'économique et du philosophique (métaphysique).



COMPTE

Domination. - VPR - 122 - En économie les mesures sont d'abord des productions sociales (...) ; les structures de mesure-comptabilisation sont d'abord des formations de domination, des im-positions géo-maîtrisantes, des dimensions "politico-policières" qui sont ensuite re-prises par les "chercheurs-(éco)nomistes", re-prises et re-commentées (mais non pas transformées, de cas des prix est symptomatique). L'économiste arrive en second rang, avec la fonction de l'herméneute. Mais il peut se mentir à lui-même et s'imaginer être dans la position scientifique-créatrice du physicien. - 123 - L'homme soumis au système comptable est un fou monétaire (...). Un aliéné dont l'aliénation est si profondément inscrite (en compte) qu'il est devenu absurde de vouloir séparer l'homme de son rêve de fr(l)ic. - D'où vient cette aliénation monétaire ? Simplement de ce que : la comptabilité ne compte rien. La comptabilité, en tant que mesure (...) est un mode politique de constitution en monde discipliné. Ce pourquoi les comptables sont des êtres soumis. Ce pourquoi les comptabilisés sont des êtres dépressifs. - Compter, ce n'est jamais compter quelque chose, quelque chose d'extérieur au compte, quelque chose de "naturel" qui serait le "référent-réel" du compte. - Car ce qui compte n'est ni le compte, ni a fortiori ses "résultats", mais la possibilité d'imposer des procédures techno-logiques, la possibilité d'imposer un mode de langage (...). - note 43 - De ce point de vue "technique" il faut bien voir que la comptabilité n'est pas une "technique neutre", mais un procédé politico-constituant ; la comptabilité est d'abord du droit & et du plan impératif ; et ensuite, toute "technique" n'est qu'un montage disciplinaire ; la technique n'a rien de "technique", qui constitue un "mode de dévoilement" (aléthéio-logique), une formation de structuration autoritaire. - 124 - Si donc la comptabilité ne compte rien, le système monétaire-comptable est néanmoins un bel exemple d'institution disciplinaire, peut-être une invention policière décisive pour l'histoire de l'humanité esclave. - 126 - Le monde (éco)nomique (valeur, prix, monnaie, structure comptable) est le résultat bricolé d'une guerre d'em-prise, d'une struturation policière - toujours à l'oeuvre. Comprendre le prix implique de reconstituer la généa-logie militarisée de la comptabilité ; comptabilité qui reste, encore & toujours, un centre d'affrontement - déjà pour qu'elle continue d'exister.



DEMOCRATIE

Homme. - VPR - 14 - Je cherche en-Homme : voilà la devise universelle. Je cherche pour la cause (du) pauvre, contre l'ordre dominant "démocratique" à majorité comptable pré-normée (comme toute comptabilité). Je cherche pour la démocratie à venir (Derrida) & pour démystifier le despotisme écoNomique s'auto-désignant du nom perverti de "démocratie", démocratie représentative ou bridée.



DROIT

Homme. - VPR - 09 - Axiome : le droit à la vie institue la valeur absolue de chaque homme, chaque homme ayant droit inconditionnellement à une vie digne, à une vie humaine respectée ; chaque homme étant égal à tout autre car de grandeur infinie. Commentaire : chaque homme a droit au refus essentiel d'être décompté (dans le livre comptable des ecoNomistes) : refus d'être comptabilisé, inscrit en compte, soupesé, refus d'être comparé, divisé, séparé, démembré... dignité, respect, valeur infinie, refus d'être pris en compte & "laissé pour compte", tels sont les "droits humains essentiels". - 10 - Conséquence : l'écoNomie est criminelle et l'écoNomiste (le régulateur) un assassin utilitariste ; le compte de l'hommr (son règlement de scmpte) est l'opération criminelle qui institue l'écoNomie-Monde-Mal. - 12 - Prendre au mot le droit ; faire de la Déclaration universelle un préalable (...) ; militer pour l'enforcement de la Déclaration universelle & montrer "que le Monde n'en veut pas".



DYNAMIQUE

Historial. - VPR - 116 - Dynamiser véritablement la régulation : voilà l'objet de la théorie de la mesure-valeur, c'est-à-dire de ce qui est théorie générale de l'historial (généalogique) de la constitution (errante) des institutions (toujours-déjà condamnées à mort). - 117 - Si la dynamisation de l'économique a toujours déjà échoué, ce n'est pas faute d'avoir "perfectionné" l'appareillage mathématique de la dite science économique - mais l'appareil dynamique importé de la physique des systèmes des systèmes dynamiques, même poussé au stochastique, reste prisonnier du mécanisme, reste (...) une simple métaphore (méta-physique) et non pas une analyse de ce qui est politico-historique, historial.



ECONOMIE

Dialectique. - VPR - 134 - Dans l'économique triomphe le mixte, le mélange empirique-catégorique, ou concret-mathématique, mélange si typiquement philosophique. - Encore une fois, appliquée à Marx aussi bien (qu'aux néoclassiques) vaut la formule : l'union d'un objet-empirique-constaté et d'un développement logique-mathématique est une simple illusion, illusion philosophique nommée dialectique. - 135 - En effet, l'introduction, et le maintien conte vents & marées, de la marchandise dialectique ("à deux visages"), ou de la marchandise dyadique, répond au besoin téléologique de (re)trouver une sorte de progressivité historique, répond au besoin évangélique de la religion économiste.

Richesse. VPR - 28 - (...) Ce qui se nomme économie (le monde éco-nomisé) n'est pas pensable comme "marché autorégulateur" ou comme "instituation collective de richesse collective", mais doit être pensé de manière critique comme un "système" politico-policier de DOMINATION. L'homo oeconomicus étant le nouveau nom (novlangue) du serf "moderne". - "S'enrichir" exige de voler, piller, soumettre, mépriser, déculturer, décérébrer, et d'une manière générale DOMINER. - Le monde économisé n'est pas un "site" industriel, neutre techniquement et "évidemment favorable à tous", pour l'exercice de la gestion scientifique (...), c'est un champ de bataille ("capitaliste" ou "socialiste"). - 29 - L'enrichissement est l'effet de la mise en ordre européenne, c'est-à-dire de la production (con)formante en mode calculable. - 32 - La répartition doit se mouler dans les "règles" du procès d'enrichissement ; soit dire, puisque seul l'appât du gain tire le système, il faut des riches de plus en plus riches pour que tous s'enrichissent un peu.



ECONOMISME

Religion. - VRP - 64 - Le monde (éco)nomiste, économisé, dominé par la croyance économiste, est un monde mort, gelé, fasciste. Et à ce titre, le mythe de la main invisible mandevillienne représente la plus formidable régression spirituelle-éthique-morale. Car si l'économique est du philosophique, du théologique, le catéchisme économique se tient en une proposition redoutable, mortelle : (...) Tous les bienfaits possibles s'induiront de vos méfaits illimités. - 66 - Mais l'explicitation du caractère religieux de l'économique, du théo-logique où le nouveau nom de Dieu est Marché omniscient, providentiel, etc., et où l'économique est le nouveau christianisme (populiste) nord-américanisé (...) a pris un nouveau tournant. Autant l'économie critique aura pour tâche de faire sentir que le bon modèle du monde (éco)nomique est celui de la prison ou du camp de travail, et non pas celui du Club Med (...), autant la non-économie aura pour tâche de faire changer de vision. Changer de vision, de point de vue (...), considérer le monde (éco)nomique au deuxième degré, comme formation dogmatique religieuse, jamais au premier degré comme réel. - 69 - (...) Depuis longtemps les "théologiens de la libération" ont (d)énoncé la théologie perverse qui charpente l'économique (...) ; cette théologie perverse n'est que l'a-morale immorale de l'économisme. - 75 - Principe hyper-archique de la main invisible : il n'y a pas de solution au problème de la faim sans stimulation matérielle permanente ; nul ne travaille pour une "satisfaction morale" (sic) ; chacun cherche à exploiter l'autre, et ainsi "avance le monde", providentiellement. Une entreprise n'est pas une oeuvre de philanthropie, mais se convertit inintentionnellement en service public.



ESTHETIQUE

Ethique. - VPR - 69 - Partout la barbarie "moderne" progresse : telle est la véritable croissance. A la non-économie doit donc s'attacher une non-politique ; non-politique du Grand Refus ; refus de toute forme d'injustice, pour commencer. Médiatement, la science radicale peut ainsi s'établir comme éthique et esthétique (éthique généralisée en agir poétique). - La définition de la science radicale comme esthétique constitue du reste sa nouveauté. Mais également son adéquation au Réel ; car la "vie de l'homme" est une "vie" esthétique, qui outrepasse toujours les normes sociales. Cependant les normes (cachées) qui tissent le monde sont forcloses et poussent à l'illusion (...). Il convient donc d'établir la science du Réel, science selon les pauvres, identiquement comme un esthétique (de créations éthiques) adéquates à l'essence de l'homme-rien-qu'homme (en) malheur radical. La non-économie est donc une science morale. A l'opposé de l'économique immorale d'a-moralisme, c'est-à-dire de volonté de puissance.



ETHIQUE

Division. - VPR - 211 - Serez-vous sans répit pour la cause du sans repos ? Voilà la ligne, le fil. Toujours l'Un sera divisé en Deux. Pour l'Un il faudra trancher & rester fidèle à la décision de la séparation. Ainsi est l'Ethique qui force à la division (est analyse & science première). Pour le Monde de la Bête et des Machines, la crapulerie de l'arrivisme, le cynisme de l'adaptation trop humaine (...). Pour l'Homme le Refus, la Révolte, la Rébellion, puis la résolution permanente de la Poésie (éthique). - 212 - "Choisir" entre le crime ordinaire de la collaboration à l'effectivité & le refus, puis la rébellion, pour la Poésie (de) la justice. Selon le Monde ou selon l'Homme, il faut "choisir". Et tout le reste en découlera, du crime de l'enrichissement à la justice la plus pauvre. - Parce que le Monde est en Guerre, que l'Homme est l'illimité (dans la Démocratie Pauvre illimitée), il est ajusté (et juste) de brandir le tranchant du "choix" décisif (tel sera l'agir théoriste (du) parfait Gredin (...)). - Quelle sera la forme (puisqu'il faut ne passer par la forme) que peut produite l'agir éthique ? La voie Pauvre du Grand Opéra. - 213 - L'utopie peut prendre la forme du Grand Opéra. Où la Voie Pauvre (de la plus haute culture & de l'affaiblissement écoNomique) sera en-chantée : éthique de l'enchantement. De la fidélité à la dépropriation.

Révolution. - VPR - 95 - Ethique selon l'homme singulier conduisant à une étho-logique de la dépropriation et de la faiblesse (de la pauvreté contre la richesse). - Ethique qui se sait perdue, inefficace. Et qui exige la plus haute fidélité (sans foi). Il peut être parodique (para-doxique) de présenter l'atopie (l'éthique) de la démocratie radicale comme la voie pour une Europe orientée (où, bien sûr, l'orientation est à l'Orient). La voie pour une Europe de la révolution sociale (anti-éco-nomique plutôt qu'anti-capitaliste) et pour établir les bases de l'utopie esthétique, soit dire l'égalisation anti-éco-nomique des conditions ; mais (pour ne pas tomber dans les impasses (dites) socialistes-communistes) empruntant immédiatement le chemin de la plus haute culture et de l'éducation éthique. La voie franciscaine du Pauvre. A l'Orient, la révolution esthétique (que l'orient occidentalisé a perdue). A l'Occident, la mort bio-politique (que seule la nouvelle orientation peut convertir-subvertir - car il est question de dépropriation, de changement radical de vision). Et donc, pour l'Occident, l'annonce du "salut" par "ll'Euro-Taoïsme" (introduit par P. Sloterdijk). - 96 - L'éthique n'est pensable que hors de toute philosophie. La révolution éthico-politique implique de casser le monde et de remplacer le mouvement techno-éco-nomique d'une révolution conservatrice permanente (la révolution économique fasciste) par une révolution esthétique non-éco-nomique, dont le noyau ne peut être que la subversion de l'ensaignement (dit laïc mais inféodé à la domination industrialiste d'Etat) vers une véritable éducation intellectuelle (à l'inutilité), et par le chemin libre.



HISTOIRE

Machine. - VPR - 168 - Problème unique étudié dans cette présentation de l'histoire analyse dynamique : nous devons poser que : les hommes font l'histoire, c'est-à-dire, en première lecture, que les hommes sont des agents actifs (ceci étant un présupposé économiste). Mais, et c'est là que l'histoire-analyse intervient, mais les réalisations de l'activité de ces dits hommes & réalisations qui se produisent dans le temps, la réalité effective qu'ils sont censés produire historiquement, ce qui est nommé réalité-réalisée, ces réalisations (volontaires) constituent un Monde autonome (involontaire), hors du contrôle de l'homme censé l'avoir constitué. Comment arrive cette autonomie? Voilà le champ d'exploration de l'histoire économique reconstruite comme économique historique. - Précisons un peu le cadre de l'analyse : Dans la mesure où il n'y a d'économie que dans une civilisation particulière, nommée capitalisme, l'histoire-analyse de cette économie (histoire économique) est identiquement l'histoire de la civilisation (capitalisme) où paraît l'économie. - 169 - Immédiatement donnons deux éléments clés de cette idéologie du capitalisme : Idéologème (1) : le mythe du progrès et sa philosophie de l'histoire implicité ; Idéologème (2) : la logo-logique subjectiviste, le mythe du sujet de l'histoire ou encore le mythe de l'entrepreneur (...). - L'Europe repose sur le mythe su sujet entreprenant, sur la figure enluminée du conquistador, du militant-militaire qui avance (...) voire qui (con)court, manière futuriste-fasciste du culte de la vitesse (...). - Nous avons vu que le problème unique (...) pouvait se formuler dans les termes de la possibilité de la planification (...) : les hommes planifient leurs activités, et pourtant le résultat de ces activités (programmées) est imprévisible (...). - 170 - L'explication de cet erratisme de l'histoire exige d'introduire le concept de machine sociale (machines politico-sociales que l'on nomme institutions). - En résumé : les hommes font l'histoire, ils la font politico-techniquement en pro-duisant des machines institutionnelles qui leur échappent & qui se retournent contre eux. La pro-duction est donc incontrôlable et se met à fuir ; elle doit sans cesse être détruite. - 171 - Cette analyse historique (ou d'économie politique s'oppose : 1) A l'idée marxiste (humaniste) de planification consciente ; (...) 2) A l'idée libérale (économiste) de machine automatique harmonieuse (la belle mécanique du marché)

Mort. - VPR - 155 - Pourquoi l'histoire est-elle une matière explosive ? Parce qu'elle traite de la mort. - 156 - Par exemple (...), parler aujourd'hui de l'historicité (c'est-à-dire de la mortalité) de l'économie ou (identiquement) de la mort du capitalisme consiste à transgresser un interdit. - Paradoxe : au siècle des grands carnages, la mort devient le tabou essentiel (bien avant le sexe !). Explication rapide : justement ! les grands carnages (grandes guerres + Holocauste + massacres coloniaux, etc.) ont montré que l'Europe état mortelle, meurtrière... et sans doute déjà morte de ses meurtres. Or cette Europe veut véhiculer l'idée du bonheur, de la fête, de la joie, du plaisir (sexuel, en particulier, le sexe, lui, devenant obligatoire), du fun, etc. toutes catégories bienheureuses nécessaires au commerce... La mort, le deuil, le chagrin, la tristesse, la méditation sur les limites mortelles deviennent inconvenants & pire, improductifs. Se met donc en place un régime d'interdiction : éliminez la mort ! et, par là même : éliminez la mort de l'Europe, la mort du (et dans le) capitalisme, la mort de (et dans) l'économie, etc.

Société. - VPR - 160 - L'anti-économique est donc une histoire analytique, une science sociale unifiée de la dynamique du mouvement (...) des sociétés. Ce qu'elle voit ou théorise est une société divisée contre elle-même. - Le social (divisé contre lui-même, clivé) & tout élément social (posé comme fait social) est à double face (la fameuse bande de Moebius).



LIBERTE

Homme. - VPR - 90 - Notre liberté, c'est notre capacité à affronter les plus graves problèmes intellectuels (ou spirituels), à répondre à l'Appel (dépropriant) du tout autre, à suivre la pulsion de l'Homme selon le Réel de pauvreté, c'est notre capacité éducative (de formation & d'auto-formation pensante ou méditante par l'appauvrissement radical ou la remise en cause). La liberté est la liberté de sortir hors du soi conformé ; ce n'est pas la liberté du commerce ou de la circulation, ni surtout la propriété ; c'est plutôt la dé-propriation, la capacité de rester un homme, simplement un homme-rien-qu'un homme ; affrontant le chaos & le malheur ; et ainsi égal à chaque homme-en-malheur.



METAPHYSIQUE

Capitalisme. - VPR - 19 - La déconstruction fait paraître le métaphysique comme le grand discours du naturalisme, discours dont la fonction théologique est d'interdire l'interrogation sur l'origine (pro-ductive) humaine des objets sociaux ; construits, donc destructibles (...). Il n'y a donc pas de capitalisme sans métaphysique, sans régime de croyance naturaliste, capitalisme qui autrement apparaîtrait comme ce qu'il est, arbitraire & pure abstraction performée. - 163 - Métaphysique : discours constituant qui énonce que le monde, en sa réalité-réelle (Réel & Réal étant confondus), est matériel-physique, objectif-naturel ou fondé-en-nature ; qui fait donc du dire (du) (dis)cours des énoncés sur le monde) un instrument fiable, un intermédiaire invisible & sans histoire. - Ce méta-physique est la grammaire de l'automate capitalisme ; ou, pour le dire à l'envers : le capitalisme est métaphysique, et plus strictement : le capitalisme est le métaphysique incarné (comme son double technique est métaphysique achevé). Le capitalisme est bien la philosophie devenue monde : tout un monde philosophique qui s'agite de ses guerres internes.

Economie. - VPR - 146 - L'économique, le plus illustre des produits symboliques européens, est d'ascendance métaphysique. Et aujourd'hui on assiste, par la domination mytho-nomique de la pensée économique, à la substitution de l'économique à la religion traditionnelle et à la morale populaire. Mais cela ne signifie pas la victoire de "l'a-théisme" (ou du "matérialisme") ; bien au contraire, l'économique est le grand véhicule du christianisme métaphysique, et (certes) du "matérialisme" mais sous une forme philosophique qui le rend indistinct d'un bon idéalisme métaphysique (confondant le Réel et le rationnel).



NON-ECONOMIE

Economie. - VPR - 26 - La non-économie est l'expression du refus de la suffisance du monde éco-nomisé, et répond (co-respond) à l'utopie post-situationniste d'un nouveau mon de conforme à l'homme-rien-qu'homme (et certainement pas homo oeuconomicus ou homo laborans, etc.).

Non-philosophie. - VPR - 84 - La non-économie (aboutissement de la critique de l'économique) ne peut exister sans la non-philosophie (de François Laruelle), non-philosophie considérée comme l'aboutissement de la philosophie critique (ou considérée comme philosophie critique étendue) ; la non-économie ne peut exister sas la critique non-philosophique de la philosophie, puisque l'économique n'est que du philosophique.

Pauvre. - VPR - 49 - Cette recherche voudrait tenter d'élaborer quelques éléments d'une nouvelle économie politique. Et en vérité d'une science radicale dont la cause sera Le pauvre (c'est-à-dire la pauvreté plutôt que la richesse, ou encore les pauvres plutôt que les riches). Science radicale des pauvres, donc. Anti-économique anti-smithienne. - 67 - La non-économie est ainsi la science prolétarienne depuis le réel de pauvreté et de souffrance ; la science radicale qui (d)énonce l'em-prise réale, l'em-prisonnement par l'entre-prise et l'assujettissement originaire (en) monde nomique.



POLITIQUE

Utopie. - VPR - 92 - L'utopie pour une figuration politique de la résistance, de l'insoumission, de la rébellion, vers la révolution pour l'exposé bruyant des torts (ou de l'inégalité pour faire court) et pour l'activation des conflits - plutôt que leur gestion. Rendre nommables l'oppression, la domination, l'exploitation, le fascisme éco-nomique. Sous l'éthique & l'utopie, sous l'éducation-liberté-subversion, repenser la politique en non-politique, véritablement esthétique ; penser la déliaison du politique et de l'étatique (...). - 93 - Faire de la politique (...) consiste à reprendre la pensée utopique.



PRO-DUCTION

Capital. - VPR - 88 - Le capital est un procès "objectalisé", le capital est le processus de production canalisé, rétréci, voire unidimensionnalisé (passé-et-comme-passé par le défilé du symbolique écoNomique), etc. Le capital s'énonce alors comme réduction de la puissance pro-ductive ; réduction qui correspond à l'appropriation ou à l'aliénation de ladite puissance humaine. Alors, par cette réduction, dans le capitalisme, la pro-duction humaine prend la forme fantasmagorique de choses (ou de structures mécaniques). - Le réel-dynamique de la pro-duction illimitée est réalisé (posé-réal), réifié, & forme un monde réal, dominant, surévalué comme état-de-chose puis comme état-établi (en Etat).

Domination - VPR - 170 - Note de vocabulaire : pro-duction (in-struction) & dé-struction ne s'opposent pas mais se combinent pour définir l'activité humaine politico-technique. De manière formelle l'histoire analytique décrit la "duction" : pro-duction, con-duction, é-ducation, con-struction, institution, constitution, etc. tous termes qui désignent le faire social & nous renvoient à "duc" (ducere), c'est-à-dire au commandement, au pouvoir, à l'autorité. - 176 - L'idée de pro-duction est essentielle pour la dynamique historiale ; cette idée inclut immédiatement l'idée de domination (pro-DUC-tion), domination à entendre au sens politique de domination de l'homme sur l'homme (...). - 177 - Le technique est donc d'abord à considérer comme un système particulier de domination ; et il est idispensable de comprendre le mode politique du technique pour comprendre la domination européenne, technico-politique (...).

Marxisme. - VPR - 57 (note 19) - Je puis témoigner que la pointe extrême du marxisme économiste, autoproclamé hétérodoxe, n'a jamais pu comprendre ce qui fait le centre de la découverte de Marx, le thème de la pro-duction, effet de force (de) pro-duction : la "science" doit être pensée comme pro-duction illimitée sans fond en-Abyme (et non pas comme "copie-reflet" positiviste d'empiricités philosophiques pré-posées), le réal-réalisé (du monde (éco)nomique) doit être pensé comme effectuation-performation sans fin "objectalisée-objective", comme "structuration-sans-structure", comme "réalisation-congélation" d'une "subjectivité-sans-sujet". Le thème du "processus-sans-sujet" (...) n'est pas accessible au marxisme économiste, comme à tout économisme : en raison de son mode métaphysique de "voir", le monde (éco)nomique paraît, pour l'économisme, un "fait", une "donnée-de-fait", un "objet-objectif" (...). Pensée statique, "faitaliste", ne connaissant que l'état-établi, l'économisme ne peut accéder ni au dynamique, ni à l'histoire, ni a fortiori au chaos. - 89 - La fameuse thèse sur la transformation du monde (...) peut se lire : le monde n'étant pas un objet (ou une structure stable), mais étant un congelé local-relatif de pro-duction, il ne sert à rien de le penser objectivement ("objectalement") ; la pro-duction étant un processus (de transformation) il convient de libérer la pensée pro-ductive pour ouvrir de nouveaux procès, et donc pro-duire de nouvelles réalités, et cela à l'infini.



PROGRES

Crime. - VPR - 75 - Vous ne pouvez pas parler d'un progrès au service du peuple, car ce soi-disant "progrès forme un peuple soumis par une gigantesque répression propice aux ressentiments les plus sauvages, autant qu'inexprimables - puisque le "collatéral" est devenu, hors-de-tout-compte, hors de la normalisation "démocratique", inexprimable. (...) Le progrès est l'idéologie néostalinienne qui vous permet de passer de la basse crapulerie ("enrichissez-vous") au crime de masse (ne compter que le comptable). Le progrès de la tolérance au crime "rationnel" des gestionnaires ; le crime de bureau sans coupable ni responsable - le crime parfait.



REEL

Utopie. - VPR - 22 - Si le Réal est, par construction, un plan, un espace, une ligne, un livre, etc., un lieu de mesure & la réalisation locale de la structuration, le Réel, lui, n'est jamais dans le plan ni ne lui est comparable. (...) Il n'y a pas de "plan d'immanence" (à la Deleuze) qui tiendrait, "en un même plan", Réel & Réal. L'immanence réelle est simplement donnée comme matière première radicalement hors-monde ; elle doit être dite hétérotopique, isolée, seule en sa solitude non mondaine ; déterminante, elle ne produit rien de fixe ne de stable. Nous parlerons d'elle en termes de force faible, insuffisante. La force pauvre. Qui finit en définitive par tout détruire : force a-topique, hétérotopique, voire dystopique (et ainsi utopique) en-futur. A la longue tout sera détruit. Voilà la bonne nouvelle. Futur & Réel sont donc identiques : ouvert, vide, chaos, etc.



REPARTITION

Domination. - VPR - 128 - Le seul objet de l'économie (réinventée) est la REPARTITION. La Répartition sans cause, ni fondement "physico-productif". La Répartition comme activité générique de guerre. - Les "principes" de la répartition, déduits de la théorie de la mesure-valeur, sont élémentaires. Le salaire n'est pas la "mesure" du travail (ou de la force de travail ou de la productivité) - le salaire ne mesure rien (la comptabilité ne compte rien) - le salaire est l'expression d'un rapport de force généa-logiquement dé-terminé (...) - 129 - Le profit (plus-value monétaire) n'est pas la re-présentation (formelle-comptable) d'un surproduit physique (si une telle chose existe) ; faire du profit n'est que profiter d'un système de domination générique (...).



RICHESSE

Vie. - VPR - 141 - On peut distinguer la richesse restreinte, évaluée par les comptes monétaires normalisés (...), de la richesse générale, constituée par l'ensemble des effets externes, dont seule une petite partie, internalisée, est comptabilisée-mesurée, ex definitio. La richesse générale a sa "source" simplement dans l'existence ("la vie") de chaque vivant, et donc dans les "forces réelles" et dans leurs liaisons (au monde physique & au monde social), quel que soit le mode de formatage de ces liaisons diverses. - 142 - Enonçons (en guise d'hommage à Michel Henry) : la vie réelle est la "source" de la richesse générale. L'em-prise étant la "source" de la richesse monétaire. - Le nom "entre-prise" prend alors tout son sens, qui résume la volonté d'em-prise du comptable ; l'entre-prise est le parasite du vivant.



SCIENCE

Ethique. - VPR - 15 - La science réelle (du) pauvre est le seul ouvrage éthique, car n'est éthique que l'abolition de l'économique.

Pauvre. - VPR - 09 - C'est parce que le pauvre exige qu'il soit rendu compte, que soit dressé l'acte de la grande comptabilité interminable des meurtres du despotisme écoNomique, c'est pour la cause des vaincus que la science doit retrouver sa puissance critique, identiquement éthique ou démocratique. L'immense défilé des vaincus exige l'inscription sur le Live (du) Pauvre & appelle à l'imprécation scientifique. - La science qui (d)énonce : quel est le prix de la richesse ?

Réel. - VPR - 14 - Pour la science matérialiste radicale (ou gnostique) il est un Réel radical, ni ultime, ni originaire, ni surtout absolu ; Réel cause de la science : l'Homme force de Rébellion, l'homme né rebelle. Qui implique une fidélité décidée (un empirisme supérieur), qui implique de construire la science artiste du point de vue (du) pauvre, de construite la science identiquement éthique ou critique de la richesse mortelle. Parce qu'il n'est pas de "science sociale" objective. - Aucun objet n'est donc objectif ou fixe ou stable, ne peut être un point fixe pour une technologie sociale qui chercherait à immobiliser la mise en mouvement de la force (du) pauvre.

Technologie. - VPR - 174 - L'analyse dynamique historiale constitue le noyau de la science historique. Et pour bien comprendre le projet critique de cette science sociale unifiée, i lfaut le distinguer soigneusement des activités technologiques (ou technico-politiques) comme le droit ou la gestion. - 175 - (...) Source des pratiques démocratiques actives, promouvant le débat illimité et la querelle anti-religieuse (...), la science n'est ni pragmatique, ni conservatrice , ni gestionnaire, ni technique, etc. - (...) L'éthique démocratique de la science exige de faire précéder l'action aveugle (aliénée) d'un démontage ou d'une déconstruction complète des conditions historiques du faire ; il n'y a jamais assez de pensée & d'exercice de l'intelligence théorique, voilà pourquoi l'homme n'est pas à la hauteur de ses créatures techniques (...).



SOCIETE

Mort. - VPR - 165 - Bouleversement permanent: la marche saccadée du spectre social, la mort-­vie saccadée de l'automate, son mouvement mi-mort-mi-vivant-mi-mécanique ; ce qui fait que le social est autre chose que du mécanique instrumentalisable (comme le-marché dans la vision des Ingénieurs du social), une Machine spirituelle, autre chose qu'un simple robot sous commande, plutôt un Golem. Ce qui se maintient (et permet de parler DU capitalisme) : le fantomatique automatique, l'automate répétitif (de la compulsion de répétition, de la pulsion de mort). Le fantôme que l'homme, lui-même spectralisé, mis en mort-vie par le spectre social, l'homme entraîné par la danse vertigineuse de l'automate de l'avie, le fantôme que l'homme courant hallucine comme organisme vivant (ou divinité).

Aucun commentaire: