jeudi 15 janvier 2009

Ethique de l'Etranger. Du crime contre l'humanité

François Laruelle
Editions Kimé, coll. Bibliothèque de non-philosophie, 2000






PRESENTATION

Un renouvellement de l'éthique s'impose à la suite des conjonctures du mal qui ont fait le 20e siècle. Elles ont produit trois concepts insolubles dans les termes théoriques et pratiques actuels, celui du "crime contre l'humanité", celui des "droits de l'homme", celui enfin du "clonage humain". Ils exigent une nouvelle idée de l'homme dont les mésaventures récentes n'ont pas reçu l'éthique qu'elles méritent.

Comment rendre justice à ses concepts sinon en prenant l'homme comme victime par définition ? Mais une victime qui, pour être celle des éthiques philosophiques c'est à dire du Monde, celle des forts, des puissants et des heureux qui prétendent défendre ses "droits" et parler en son nom, est plus radicalement la cause capable de prononcer leur incrimination autant que de décider de leur usage enfin universel. La victime n'est pas aimée des héros-philosophes qui la trouvent "impossible" et méprisent secrètement son hérésie, mais l'hérésie de la victime invalide l'éthique.

Quatre concepts soutiennent cette refonte de l'éthique et forment la base d'une pratique "non-éthique". Il s'agit du malheur radical (solitude-sans-monde ou non-consistance de l'homme) comme cause réelle de la non-éthique. De l'éthique-monde (les éthiques philosophiques, de la métaphysique des moeurs à son déclin éthno-techno-logique) comme objet de cette pratique. De l'Etranger (sur le mode duquel existe le sujet déterminé par le malheur) comme définition universelle de l'homme. Du Prochain (le sujet concret ou la victime, encore désignée comme Cet-homme-que-voici) dont l'existence performe seule l'interdiction de tuer.

De la cause de la victime à la victime comme cause, la non-éthique se présente comme la théorie et la pratique unifiées des éthiques grecques (Platon), juive (Levinas) et chrétienne (kant).

De la victime à l'hérésie... une "héréthique" ?



TABLE DES MATIERES


INTRODUCTION
La question de la victime et la réponse de l'éthique


Les conjonctures du mal
Qui est la victime? Sa juslicc immanente
L'in-crimination de la philosophie
Du crime contre J'humanité, une antinomie éthique et philosophique
Si c'est un homme? Puisque c'est un homme ...
Premières définitions indicatives
Première partie
LE MALHEUR RADICAL



Chapitre premier
Le mal dans les limites de l'éthique Le mal radical, le malheur radical, et le mal radical en un sens plus profond

Deux modèles philosophiques du mal
1. Le "mal radical"
Deux modèles philosophiques du mal
2. La "banalité du mal"
Le mal comme donation et comme élection

Chapitre II
Passage au malheur radical

Changer de terrain. Du mal radical au malheur radical
Le statut théorique du malheur radical comme terme premier
Occasions symptômales du malheur, une préparation philosophique
L'uni-versalîté "négative" du malheur

Chapitre III
Axiomes et théorèmes transcendantaux pour la description du malheur radical

Tel qu'un nom premier dans des axiomes transcendantaux
Tel que sans-déterminations plutôt que vide de déterminations
Tel que l'objet d'une simple apparence objective de connaissance
Tel que le Réel non-consistant ou qui n'exlste pas
Tel que ce qui détennine plutôt qu'il ne précède la conscience malheureuse
Tel qu'une cause d'une non-phénoménologie du malheur
Tel qu'une identité plutôt qu'une division
Tel qu'un affect axiomatisé plutôt qu'un sentiment moral
Tel que souffert-sans-souffrance et sans-faute
Tel qu'un en-passé non-mémorial et non-refoulé
Tel que non-responsable (de) soi

Chapitre IV
Du malheur à la non-éthique

Le malheur, forclos à Ia théorie mais cause d'une théorie
Expliquer l'éthique, respecter le mal
Contre la technologie éthique
La découverte de l'éthique première dans l'esprit du malheur 1) Comme première
La découverte ... - 2) Comme universelle
Une non-éthique plutôt qu'une éthique négative
La critique réelle de l'éthique dans les limites de la simple humanité
La réduction des antinomies philosophiques et des dualités gnostiques
L'homme comme Seul ; comme solitude (de) l'Etranger ; comme Autre-pour-Je-Monde
Une pensée uni-verselle pour les conjonctures éthiques
Procédures non-éthiques, une esquisse
Deuxième partie
L'ETHIQUE-MONDE



Chapitre premier
Le cercle malin ou la conjoncture de l'éthique

La conjoncture de l'éthique
Misère de l'éthique
La double appartenance de l'éthique au mal L'équation éthique = mal

Chapitre II
Le mensonge de L'éthique

Le mensonge de l'exception (par-donation et par-élection)
Hallucination réelle, mensonge transcendantal
Théorie unifiée de la philosophie et de l'éthique (1)

Chapitre III
Un déclin etho-techno-logique

La dilution doxique de l'éthique en milieu technologique intense
La prothèse éthique et ses effets
Le conformisme universel et l'impossible décision
Les amphibologies de la causalité éthique, dont l'autorité
Les théories unitaires du rapport de l'éthique et de la teehno-science

Chapitre IV
Critique de la métaphysique des mœurs comme forme de l'éthique-monde

L'Idée de la métaphysique des mœurs (MM)
La structure de la M:M comme science cherchée
Auto-fondation et re-fondation de la MM (les degrés de son élucidation)
Les présuppositions de la MM générale
Les présuppositions de la MM spéciale
Comment toute éthique est structurée comme une métaphysique
Une éthique universelle sans métaphysique ?
L'identité de l'éthique comme problème non-philosophique

Chapitre V
Que faire de non-éthique ?

Contre l'enlisement de la décision éthique
L'homme, abandonné de la morale
La défense a priori de l'homme
Contre la dilution du mal et le "révisionnisme supérieur" de l'éthique. L'équivalence transcendantale des malheurs
Une théorie unifiée du mal
Une éthique-selon-l'homme
Rendre morale l'éthique ? ou la penser de manière vérace
L'éthique philosophique comme éthique par provision

Chapitre VI
Répétition non-éthique de la décision éthique

La répétition uni-latérale : non-platonicienne et non-kantienne
La répétition : une science transcendantale
Tentatives philosophiques de non (-) éthique (Heidegger)

Tentatives philosophiques de non (-) éthique (Derrida, Henry)
Théorie unifiée de la philosophie et de l'éthique (II)
Théorie unifiée de la philosophie et de l'éthique (UI)
Vers le concept de force (de) loi comme solution
Troisième partie
L'ÉTRANGER ET LE PROCHAI
N


Chapitre premier
L'essence du malheur radical Ultimation première

Le malheur radical comme cause-de-demière-indtance
Les aspects intrinsèques du malheur (un-identité, uni-latéralité, uni-versalité)
L'uni-versalité du malheur radical
La phénoménalité non-phénoménologique de l'immanence
La non-suffisance de l'immanence (du malheur)
Véracité, solitude el uni-versalité de l'Etranger
"Le malheur ne ment pas". Du Vrai-sans-vérité
"La malheur isole". De la solitude uni-verselle
La dualité du malheur et de l'éthique-monde

Chapitre II
L'Etranger universel

Section 1 : Pour introduire l'Etranger (1)

Une théorie de l'Etranger
Qui est l'Identité ?
L'ldentité en chair et en os
La donation de l'Etranger
Clonage du sujet-Etranger
L'Etranger-existant-pour-le-Monde

Section II : Pour introduire l'Etranger (II) Donner à l'Etranger son concept

Donner à l'Etranger son identité
Donner à l'Etranger sa théorie unifiée en fonction des apports grec et juif
La non-suffisance du Réel et l'existence du Sujet
Donner à l'Etranger son objet : l'Uni-vers
L'Etranger comme Uni-face

Chapitre III
L'identité du Prochain L'éthique, principe de finalité hyperbolique de la philosophie

Théorie unifiée de la philosophie et de l'éthique (IV)
La constitution onyo-anthropo-logique de l'éthique
L'éthique, symptôme de l'identité humaine. Inceste et clonage
Le clonage de-dernière-instance
L'autre-Etranger comme Prochain
L'identité du Prochain ou Cet-homme-que-voici
L'autre-Etranger et la non-éthique
Changement de fonction de l'éthique
La transcendance non-autopositionnelle du Prochain
Du judaïsme à l'hérésie uni-verselle
Les trois sources de la non-éthique

CHAPITRE IV
L'organon de la force (de) loi

L'uni-versalisation non-kantienne de l'éthique
De la Loi à la force (de) loi (FL)
La FL comme dualité uni-latérale
La FL, organon non-technologique
L'organon de la non-éthique

CHAPITRE V
L'invention non-éthique

Du Monde au Prochain
Théorie unifiée de la philosophie et de l'éthique (V)
La théorie et l'éthique unifiées-en-pratique
Pour une pratique éthique effective
Contre la foi éthique hallucinatoire
Une théorie pure et expérimentale. Ethique absolue et éthique radicale
De la non-éthique comme hypothèse ou par provision
"Ne plus prescrire" ? Ne pas tuer, ne pas mentir, etc.
La "réduction" des antinomies
L'antinomie de la biotechnologie et de l'immanence radicale. Séparation hérétique et division bio-technologique
La défense a priori de l'Etranger
La non-éthIque et le Monde, une fin-sans-finalité
Principes d'une invention non-éthique concrète
Aspects non-éthiques (le grec et le juif)

Aucun commentaire: